Pathologie pulmonaires et obésité

  • Pathologie pulmonaires et obésité

Le surpoids et les difficultés respiratoires

La prise en charge pneumologique s'inscrit dans le cadre de la prise en charge globale de l'obésité et s'associera aux autres prises en charges nécessaires: suivi psychologique, prise en charge nutritionnelle, suivi cardiologique, prise en charge gastro entomologique et kinésithérapie.

Le surpoids et l'obésité sont souvent associés à des difficultés respiratoires et pulmonaires. Il peut exister un essoufflement à l'effort, une diminution des capacités respiratoires, un syndrome d'apnée du sommeil.

Ces problèmes sont systématiquement diagnostiqués afin de pouvoir être traités :

Essoufflement à l'effort

En cas d’obésité la présence de graisse autour de la cage thoracique et au niveau abdominal entraîne une diminution des volumes pulmonaires mobilisables avec comme conséquence un essoufflement le plus souvent à l’effort et au repos. 

Par ailleurs, le phénomène est encore aggravé par le surpoids, car chaque mouvement nécessite une masse musculaire plus importante à mobiliser que la moyenne. Transporter des kilos supplémentaires lors de l'effort requiert une mobilisation physique très importante. Cela entraîne une souffrance presque spontanée qui incite les personnes obèses à la sédentarité. Or, cela ne fait qu'aggraver l'essoufflement à l'effort car les muscles respiratoires sont moins sollicités. Peu à peu, ils s'affaiblissent et deviennent moins performants. Le patient entre alors dans un cercle vicieux et le problème a tendance à s'aggraver au fil du temps, au même titre que la prise de poids.

Asthme

L'augmentation de l'asthme chez les personnes obèses est désormais démontrée. En effet, le surpoids entraîne une inflammation systémique, c'est-à-dire une accumulation de graisse qui accentue l'inflammation des bronches. Le surpoids est un facteur d'aggravation de l'asthme, une maladie qui se caractérise par une gêne respiratoire, une respiration sifflante, une sensation d'oppression de la cage thoracique ainsi qu'une toux sèche. Dans le cas de graves crises d'asthme, la vie du patient peut être mise en danger.

Maladie pulmonaire obstructive chronique

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) désigne une dégénérescence progressive des tissus pulmonaires et des voies respiratoires. Très souvent, on parle de bronchite obstructive chronique, c'est-à-dire une production excessive de mucus au niveau des bronches et de la trachée. Concrètement, la maladie se caractérise par une toux grasse associée à quelques épisodes d'asthme, aux cycles répétitifs et pouvant s'étendre sur une période de trois mois à plusieurs années.

Généralement, les MPOC sont rencontrées chez les patients touchés par l'obésité sévère, ou en présence d'obésité viscérale. En effet, les patients obèses souffrent fréquemment d’hypoventilation au niveau de la base des poumons, pouvant mener à l’hypoxie. Au départ, le phénomène intervient le plus souvent de manière chronique, la nuit. Peu à peu, les MPOC viennent également altérer les fonctions respiratoires au cours de la journée.

Syndrome d'apnée du sommeil

L'obésité est également responsable du syndrome d'apnée du sommeil, une pathologie entraînant de la fatigue, une diminution de la quantité d'oxygène dans le sang, une mauvaise oxygénation des tissus, des troubles de la cicatrisation ou une certaine somnolence. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire de diagnostiquer l'apnée du sommeil et de la traiter. 

Quel lien entre apnée du sommeil et obésité ?

L'obésité est l'un des principaux facteurs de risque de l'apnée du sommeil. En effet, lorsque le patient prend du poids, des graisses s'accumulent au niveau de son cou, de son abdomen et de son pharynx. Ces graisses bloquent le passage de l'air dans les voies respiratoires, ce qui induit aussitôt une apnée du sommeil.

À ce jour, on estime que 20 à 30 % des personnes obèses souffrent d'apnée du sommeil.

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil se caractérise par une diminution (hypopnées) ou un arrêt (apnées) du flux aérien au niveau des voies aériennes supérieures, provoquant une diminution de l’oxygène dans le sang. La reprise de la ventilation, le plus souvent bruyante, entraîne un éveil de courte durée non conscient qui fragmentent le sommeil. Le sommeil devient non réparateur.

Or, cela peut avoir de nombreuses conséquences. Bien évidemment, un sommeil non réparateur engendre de la fatigue et une certaine somnolence. Mais pas uniquement… La mauvaise qualité du sommeil, ou sa quantité insuffisante, a tendance à diminuer la sensation de satiété. L'apnée du sommeil augmente donc l'appétit, tandis que la fatigue freine l'activité physique. Elle ne fait alors qu'aggraver le problème de surpoids.

Examens réalisés

Dans le cadre d’un projet de chirurgie bariatrique, l’évaluation de la ventilation pendant le sommeil est recommandée à la recherche d’une chute  de la saturation d’oxygène nocturne (oxymétrie nocturne) ou d’un syndrome d’apnées obstructives du sommeil.

Un auto-questionnaire (échelle de somnolence) permet de dépister les symptômes. Il est associé à un enregistrement du sommeil, le plus souvent réalisé à domicile (polygraphie ventilatoire), nécessaire pour évaluer la ventilation pendant le sommeil et proposer un traitement.

Une évaluation de la fonction respiratoire (spirométrie) est également nécessaire lors d’une consultation chez un pneumologue. Au cours de cette consultation, différents tests visent à déterminer les capacités pulmonaires du patient ainsi que ses facultés d'inspiration et d'expiration.

Au cours du diagnostic, le médecin recherche également une insuffisance respiratoire en journée, par une analyse sur prise de sang à partir de l'artère radiale (gazométrie artérielle), et/ou une exploration à l’effort.

Apnée du sommeil (SAS) et obésité

Dans le cadre d’un projet de chirurgie bariatrique, l’évaluation de la ventilation pendant le sommeil est recommandée à la recherche d’une chute  de la saturation d’oxygène nocturne (oxymétrie nocturne) ou d’un syndrome d’apnées obstructives du sommeil.

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil se caractérise par  une diminution (hypopnées) ou un arrêt (apnées) du flux aérien au niveau des voies aériennes supérieures provoquant une diminution de l’oxygène dans le sang. La reprise de la ventilation le plus souvent bruyante va entraîner un éveil de courte durée non conscient qui fragmentent le sommeil et expliquent la fatigue. Le sommeil est non réparateur avec une somnolence et une fatigue en journée. Un auto-questionnaire (échelle de somnolence) permet de dépister les symptômes et un enregistrement du sommeil le plus souvent réalisé à domicile (polygraphie ventilatoire) est nécessaire pour évaluer la ventilation pendant le sommeil et proposer un traitement.

Traitement du SAS

En cas de syndrome d’apnée du sommeil significatif et en fonction du risque cardio-vasculaire un traitement  par un dispositif médical  peut être proposé. Le traitement  par pression positive continue (PPC) est le plus souvent proposé  et consiste à appliquer une pression au niveau des voies aériennes supérieures par l’intermédiaire d’un masque relié à une machine silencieuse en lien avec un prestataire médico-technique.

Après l’intervention la nécessité de poursuivre le traitement sera réévaluée en fonction de la perte de poids.

Résultats du bilan pneumologique

A l'issue de votre bilan, le pneumologue va pouvoir mettre en route un traitement pour l'apnée du sommeil, si cela est nécessaire, afin d'améliorer l'oxygénation tissulaire: ceci doit avoir pour conséquence une amélioration de la somnolence et de la fatigue.

En outre, dans le cadre d'un parcours chirurgical, l'appareillage pour l'apnée du sommeil est indispensable car il permet d'obtenir le meilleur taux d'oxygène dans le sang et les tissus. Ce taux est directement en lien avec le processus de cicatrisation après l'intervention: une mauvaise oxygénation des tissus expose à risque augmenté de complications.

Enfin, la perte de poids obtenue par la prise en charge nutritionnelle ainsi que par le travail des kinésithérapeutes lors de la  rééducation à l'effort va également améliorer l'essoufflement à l'effort et donc la qualité de vie.

Traitement de l'apnée du sommeil

Vous l'aurez compris, que ce soit pour le bien-être du patient au quotidien, comme pour la réussite de l'intervention et la durabilité de sa perte de poids, il est indispensable de traiter l'apnée du sommeil. Plusieurs solutions peuvent alors être envisagées.

En cas de syndrome d’apnée du sommeil significatif, et en fonction du risque cardio-vasculaire, un traitement par un dispositif médical peut être proposé. Le traitement par pression positive continue (PPC) est le plus souvent adopté. Il consiste à appliquer une pression au niveau des voies aériennes supérieures, par l’intermédiaire d’un masque relié à une machine silencieuse, en lien avec un prestataire médico-technique.

Après l’intervention la nécessité de poursuivre le traitement est réévaluée en fonction de la perte de poids.

Prises en charge liées
Prise en charge psychologique de l'obésité
voir
Prise en charge nutritionnelle
voir
Gastro-entérologie
voir
Pathologies cardiaques et obésité
voir
Kinesitherapeute
voir
Gynecologie, fertilité et obésité
voir