Prise en charge psychologique de l'obésité

Prise en charge psychologique

Pourquoi un psychologue de l'obésité ?

Il s'agit d'un véritable accompagnement afin de mettre en place un suivi en confiance.

L'aspect psychologique est un élément fondamental de la prise en charge de l'obésité. Il est nécessaire de se questionner sur les éléments de la vie personnelle du patient qui ont pu contribuer à la prise de poids. Existe-t-il un facteur déclenchant dans l'histoire du patient, y a t-il eu un traumatisme, qui influence le mode de vie du patient et qui entraîne l'obésité.

Près de 30% des femmes en obésité ont subi des violences ou sévices qui expliquent leur prise de poids. Bien souvent chez l'homme également on retrouve des traumatismes dans l'histoire personnelle. Il est fondamental d'aborder ces sujets pour comprendre le patient et pouvoir lui apporter un accompagnement humain; l'équipe médicale sera présente pour apporter son soutien dans cette démarche.

Le psychologue de l'obésité, parce qu'il n'est pas dans le soin physique, a une place unique dans la prise en charge pour pouvoir apporter son accompagnement.

Prise en charge psychologique de l'obésité

Tous les patients, qu'ils soient dans un parcours médical (surpoids et obésité modérée) ou chirurgical (obésité sévère et morbide) vont bénéficier du suivi.

Dans le cadre du parcours chirurgical: le suivi psychologique pré-opératoire permet d’évaluer les contre-indications psychologiques à une chirurgie de l'obésité (chirurgie bariatrique), comme par exemple les troubles sévères du comportement alimentaire. Celles-ci ne peuvent n’être que temporaires mais nécessitent alors un travail plus intense de suivi.

Dans la plupart des cas, il s’agit simplement d’informer et de prendre en compte  les  forces et les points de difficultés  sur lesquels il faudra travailler ensemble pour se préparer au mieux à une éventuelle opération

Même s’il ne s’agit pas d’une psychothérapie mais d’un accompagnement, il est intéressant que le patient se questionne sur sa demande de chirurgie, sur sa relation  à la nourriture,  au regard et à l’image du corps, et sur ce qui, dans son histoire, aura pu déclencher des prises de poids.  C’est l’occasion de parler de soi librement dans un lieu où la parole est entendue sans jugement, avec bienveillance. 

Une opération de chirurgie de l'obésité (chirurgie bariatrique) induit des changements importants sur un temps assez court.  

Il est indispensable de bien s’y préparer sur le plan psychologique en particulier pour anticiper sur la vie après la chirurgie:  modification de l'équilibre personnel, famillial, professionnel; la perception de soi et le regard des autres peut changer... Il est tout aussi important  de s’engager ensuite dans  le suivi pluridisciplinaire post-opératoire  pour consolider la réussite à long terme de ce parcours.

Les éléments d'analyse du comportement alimentaire

Chaque personne a une relation à la nourriture qui lui est propre. Le psychologue tâche donc d'analyser le comportement du patient et de sa séquence alimentaire, pour mieux l'aider dans son processus de guérison. Comprendre la façon dont vous mangez et pourquoi vous prenez ainsi vos repas est un élément majeur dans le traitement du trouble de l'obésité.

Le psychologue tâche de comprendre d'où provient le déséquilibre provoquant le surpoids. Est-ce dû à une alimentation trop riche en calories ? Résulte-t-il d'une prise alimentaire en dehors des repas ou à un grignotage chronique ? L'excès de nourriture est-il déclenché par des contrariétés ou un stress émotionnel ? Le patient a-t-il suivi des régimes trop sévères le poussant à « craquer » et à ingurgiter rapidement beaucoup trop de calories ? Consomment-ils des substances psychoactives favorisant l'obésité ?

La première phase de travail du psychologue est de faire preuve d'écoute et d'empathie, pour mieux comprendre le mode de vie du patient et s'approprier les causes de son obésité, pour mieux les soigner.

L’évaluation des troubles des conduites alimentaires (TCA) et des modalités alimentaires

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont des perturbations importantes et durables liées à la prise des aliments. Ces pathologies peuvent avoir différentes origines, comme un terrain génétique favorable ou des facteurs déclenchants (traumatisme, régime alimentaire trop strict, puberté, …). Le rôle du psychologue, durant notre parcours de soins, est de détecter les éventuels TCA du patient pouvant avoir de graves conséquences sur le plan médical général ainsi qu'un impact psychique important.

Les TCA les plus courants sont l'anorexie (non liée à l'obésité), la boulimie et l'hyperphagie. Néanmoins, d'autres TCA dits « atypiques » peuvent aussi entraîner un surpoids et une obésité sévère à morbide.

 

La boulimie

La boulimie est entraînée par la peur de grossir. Durant une crise de boulimie, le patient engloutit des quantités très importantes de nourriture. Puis, il prend conscience de ce qu'il a ingurgité et la crise de boulimie se solde par des vomissements, souvent provoqués par la personne elle-même. Le secret est également un composant essentiel de la maladie. Une personne boulimique fait tout pour que son entourage ne s'aperçoive pas de sa pathologie.

 

L'hyperphagie

L’hyperphagie ressemble très fortement à la boulimie. Cependant, cette pathologie intègre une notion de plaisir. En boulimie, le patient ingurgite tout ce qui lui tombe sous la main. En hyperphagie, il consomme beaucoup d'aliments qu'il apprécie. L'idée est plus de manger une quantité démesurée d'ingrédients plaisants, par simple envie et même si la faim est absente. Par ailleurs, à la différence de la boulimie, l'hyperphagie n'engendre pas de comportement compensatoire. Le patient ne se fait pas vomir. Il ressent néanmoins une souffrance psychique et un sentiment de culpabilité, accompagnées d'un surpoids. 

 

Le grignotage pathologique

Le grignotage pathologique consiste à manger en dehors des repas, par petites quantités mais tout au long de la journée. Accumulés au fil des heures, les aliments ingérés représentent un volume trop important et une quantité d'énergie bien supérieure à celle dépensée. Très souvent, le grignotage s'effectue devant la télévision et le patient n'a absolument aucune idée des quantités qu'il ingère. Lui faire prendre conscience du nombre d'aliments qu’il consomme constitue la base du traitement.

 

La compulsion alimentaire

La compulsion alimentaire est un trouble du comportement qui résulte d'un facteur émotionnel fort. Généralement, il est lié à un mal-être général, à des angoisses ou à un traumatisme. Les aliments sont ingérés comme des éléments compensatoires à une souffrance. Ils ne visent pas à réduire une sensation de faim ou à entraîner une satiété. Ils sont simplement un moyen de réconfort.

Le rôle du psychologue dans notre parcours de soins est de déterminer les causes de l'obésité et de détecter si le patient souffre éventuellement de troubles du comportement alimentaire. Les autres critères d’évaluation du comportement alimentaire

Dans la même démarche, le psychologue tâche d'évaluer de manière plus large le comportement alimentaire du patient à travers différents critères : 

 

La restriction cognitive

La restriction alimentaire cognitive désigne l'attitude des patients tentant de réduire leur consommation alimentaire pour perdre du poids. L'objectif du psychologue est d'observer si le patient souffre de restriction cognitive à répétition. Autrement dit, il analyse s'il finit par manger plus et plus mal, alors qu'il cherche à la base à manger moins. Généralement, il s'agit d'une réaction contraire en réponse à un régime alimentaire trop strict.

 

L'alimentation en lien avec l'état émotionnel

Il a également été constaté que le lien entre les émotions et l'alimentation était plus important chez les personnes obèses que chez les personnes de corpulence normale. Le psychologue cherche donc à observer si les émotions ont un lien avec le surpoids du patient. Il cherche à comprendre comment vous réagissez face à des situations troublantes et à établir un lien de cause à effet entre la charge émotionnelle et votre consommation alimentaire.

Consultation avec un psychologue spécialisé dans le surpoids

Nous définirons ensemble vos besoins sur le plan psychologique afin de vous apporter au mieux une aide tout au long de votre parcours de soin.

Votre première rencontre avec la psychologue du surpoids s'effectuera lors du bilan initial en hospitalisation à temps partiel, au décours d'une journée en hospitalisation à la clinique des Cèdres: notre but est de comprendre le patient, savoir s'il existe des événements qui ont entraîné sa prise de poids. Puis vous débuterez véritablement le suivi, en consultation personnalisée, au moins 1 fois par mois pendant toute la durée du parcours médical et chirurgical. 

Dans le cas d'un parcours chirurgical, après l'intervention, vous définirez avec lui le rythme des consultations de suivi, en fonction de vos besoins.

Dans le cas d'un parcours médical, c'est ensemble que vous déterminerez comment doit se dérouler le suivi et la fréquence des consultations, selon vos attentes.

Le psychologue sera en lien avec l'ensemble des autres intervenants dans le cadre du suivi pluridisciplinaire (cardiologue, pneumologue, chirurgien bariatrique, médecin nutritionniste, kinésithérapeute, anesthésiste) afin d'optimiser votre prise en charge et de vous accompagner tout au long de votre parcours.

En quoi consistent les consultations post opératoires ?

L'objectif de notre parcours de soins est de favoriser la réussite du traitement de l'obésité dans le temps et de la rendre durable. Pour cela, des entretiens réguliers sont établis avec un psychologue, pour limiter le développement d'addictions futures pouvant entraîner une reprise de poids. Véritable partenaire, le psychologue vous accompagne pas à pas dans votre guérison et vous aide à traverser d'éventuels traumatismes ou comportements déstabilisants, pouvant faire renaître un trouble du comportement alimentaire.

Le psychologue vous aide également à franchir toutes les difficultés dans la gestion des changements post opératoires. À la suite d'une chirurgie bariatrique, la perte de poids peut être radicale et rapide. Le psychologue est là pour vous aider à gérer les réactions de votre entourage ainsi que les changements au sein de votre couple. Il favorise l'acceptation de votre nouveau corps et redore l'image que vous avez de vous-même. Parce que l'aspect psychologique est aussi important que le traitement physique dans la lutte contre l'obésité, le psychologue est un praticien incontournable pour favoriser la réussite de la thérapie.

Prises en charge liées
Prise en charge nutritionnelle
voir
Gastro-entérologie
voir
Pathologie pulmonaires et obésité
voir
Pathologies cardiaques et obésité
voir
Kinesitherapeute
voir
Gynecologie, fertilité et obésité
voir