Prise en charge nutritionnelle

Prise en charge nutritionnelle

La prise en charge nutritionnelle est un point clé de la prise en charge pluridisciplinaire dans le cadre de l'obésité et du surpoids. Si elle est essentielle, il est également important qu'elle soit associée à l'ensemble des autres prises en charge pneumologique, cardiologique, psychologique, accompagnement de kinésithérapie.

L'élément fondamental de la réussite reste la motivation et l'implication du patient: il est l'élément central du suivi.

Médecin nutritionniste spécialisé dans l'obésité

Le  Médecin Nutritionniste est spécialisé dans la prévention, le dépistage et la prise en charge des troubles liés à la nutrition : diabète, obésité, boulimie, anorexie, troubles cardio-vasculaires et endocriniens.

Le but est d'aider à acquérir un meilleur équilibre alimentaire,  par exemple dans le cadre de diététique du sportif,de la femme enceinte et prévention de l'obésité infantile.

En tant que spécialiste, le médecin nutritionniste va vous apprendre à corriger les erreurs alimentaires qu'il dépistera lors des consultations et vous aidera à maintenir un meilleur comportement nutritionnel, gage d'une bonne stabilisation pondérale et d’une prévention efficace .

Il va réaliser le dépistage de dénutrition et carences, par une prise de sang: dosage de l'albumine pour la nutrition, dosage des vitamines pour les carences. Il pourra en effectuer la correction par des comportements alimentaires appropriés ou des traitements médicamenteux.
Faisant partie d'une équipe pluridisciplinaire, il insiste bien sûr, sur l'éventualité d'une prise en charge psychologique et la mise en place d'une activité physique régulière.

Traitement de l'obésité

Dans le cadre de la chirurgie de l'obésité (chirurgie bariatrique), nous allons identifier les causes de vos troubles alimentaires pour élaborer un programme personnalisé en vue d’obtenir un nouveau comportement alimentaire avant et après la chirurgie.

L’obésité est une maladie chronique,  le suivi pluridisciplinaire à vie est nécessaire pour éviter la récidive de l'obésité qui peut apparaître des années après l’intervention.

Le maintien du bon comportement alimentaire, la prise de vitamines, l’activité physique et le suivi psychologique sont ainsi essentiels à la réussite post opératoire du projet thérapeutique.  En ce sens les consultations de nutrition se doivent d'être personnalisées, pour rechercher les différentes causes de cette maladie, les motivations à la perte pondérale, les difficultés associées…

Les consultations avec le médecin nutritionniste

Les deux premières consultations (d’une durée de 30 à 45 minutes) se déroulent dans l’intervalle de 1 semaine.

La première consultation avec le médecin nutritionniste spécialisé dans l'obésité, permet d'expliquer au patient son parcours et l'accompagnement dont il va bénéficier. Elle concerne le dossier médical du patient, sa demande ,ses motivations, l’historique pondéral et l’examen médical, éventuellement associé à des examens complémentaires (biologie,radiologie..) Au décours de cette consultation, il lui est demandé d’effectuer un relevé alimentaire précis (alimentation solide et liquide) qui sera analysé la semaine suivante au cours de la deuxième consultation.

La deuxième consultation, au vu du comportement alimentaire décrit, consiste en un ré-équilibrage et l’acquisition progressive de meilleures conduites (arrêt grignotages, diminution des quantités , calcul des apports nutritionnels corrects(protéines , glucides , lipides). Cette consultation dure 30 à 45 minutes, il est fourni des documents écrits et personnalisés à chaque patient sur les recommandations nutritionnelles. Un objectif d’activité physique régulière est aussi mis en place.

Suivi

Le suivi est fondamental, il est organisé à un rythme d'une fois par mois. Il n'existe donc pas de "régimes standardisés" et chaque patient doit être l'objet d'une prise en charge personnalisée avec le médecin nutritionniste de l'obésité.

ENSEIGNEMENT
Adopter une meilleure structure alimentaire pour favoriser la perte de poids

Le rythme idéal de prise alimentaire

La prise des repas doit être étalée tout au long de la journée. Un rythme régulier permet d'apporter un apport continu d'énergie à l'organisme, tout en lui offrant le nombre de calories et de nutriments nécessaires à son bon fonctionnement, mais difficilement ingérables en un seul repas. Par ailleurs, le rythme cadre la prise et les portions alimentaires, et régule ainsi la sensation de satiété. Très important, il favorise l'équilibre nutritionnel.

Idéalement, la prise de repas s'étale ainsi :

  • Un petit déjeuner, composé de 2 à 3 aliments (un produit céréalier, un produit laitier et un fruit accompagnés d'une boisson).
  • Un déjeuner (composé d'une portion de légumes, d'une viande ou d'un poisson, d'une portion de féculents, d'un fruit et d'un produit laitier)
  • Un dîner (composé des mêmes ingrédients que le déjeuner, en réduisant la portion de féculents)
  • 1 à 2 collations maximum, à 10:00 et à 16:00 (comportant un produit laitier, un fruit et un produit céréalier).

De manière générale, mieux vaut éviter les ingrédients trop gras, trop salés et trop sucrés. Le tout doit s'accompagner d’1,5 l d'eau minimum par jour. Cependant, pour un patient ayant eu recours à une chirurgie de l’obésité doit se faire en dehors des repas. En effet, la contenance de l’estomac est réduite (bypass ou sleeve) et le volume d’eau prendrait tout l’espace et empêcherait de s’alimenter.

Enfin, sauter un repas ne contribue absolument pas à réduire la prise de poids, bien au contraire. Cela crée une sensation de famine qui favorise le stockage des ingrédients ingérés au repas suivant. 

Pourquoi se consacrer un moment spécifiquement dédié au repas ?

Outre ce rythme précis, se consacrer pleinement à ses repas est primordial. La vie professionnelle très active nous oblige parfois à avaler un repas sur le pouce, tout en continuant nos activités. C'est une erreur grave ! Manger dans un environnement stressant est très mauvais pour l'estomac. Par ailleurs, si le cerveau n'est pas concentré sur la nourriture ingérée, il n'intègre pas la bonne information et envoie encore un signal de faim à l’organisme. Consacrer un moment spécifique à ses repas favorise le sentiment de satiété et, à terme, la perte de poids.

Bien interpréter ses sensations alimentaires

Différencier la faim et l'envie de manger

Pour ne pas consommer plus d'ingrédients que nécessaire, il est important de différencier la faim et l'envie de manger. La faim est une sensation physiologique qui se ressent par différents symptômes : le ventre qui gargouille, une sensation de fatigue, des douleurs dans l'estomac, un besoin d'énergie… L'envie de manger, en revanche, est totalement psychologique. Elle résulte d'une habitude, d'une tentation à assouvir ou même d'un besoin de compenser certaines émotions. Ne manger que lorsque la faim se fait sentir a des effets significatifs sur la silhouette. Seules les calories nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme sont alors ingérées. 

Quel lien entre la vitesse et satiété ?

Manger lentement est également très important. Cela améliore la mastication et fait saliver davantage. Par conséquent, la digestion est facilitée. Par ailleurs, plus on mange lentement et plus le sentiment de satiété a le temps de remonter au cerveau. Réduire sa vitesse de consommation permet d'ingérer moins de nourriture et évite le grignotage entre les repas. Cela réduit également les ballonnements. 

Pour réduire le risque d'obésité, même si les ingrédients consommés sont très importants, savoir écouter son corps et prendre le temps de satisfaire ses besoins nutritionnels est primordial.

Prises en charge liées
Prise en charge psychologique de l'obésité
voir
Gastro-entérologie
voir
Pathologie pulmonaires et obésité
voir
Pathologies cardiaques et obésité
voir
Kinesitherapeute
voir
Gynecologie, fertilité et obésité
voir