Quelles sont les conséquences de l’obésité sur la santé physique et mentale ?

personne-obese-balance-poids
Psychologie de l’obésité
17/06/2021

Nous l’évoquions déjà dans un récent article, l'obésité est un problème de santé complexe – une maladie – qui résulte d'une combinaison de causes à la fois individuelles et externes très variées, allant du comportement (habitudes alimentaires, activité physique, niveau de sédentarité, génétique, prise de médicaments, maladies dont mentales...) à l’évolution des modes de vie, l’industrialisation de l’alimentation et l’accès à celle-ci, etc.

L’obésité est aujourd’hui une des causes principales de décès dans le monde. Elle a des répercussions sur la santé physique. Les personnes obèses ont plus de risques de développer du diabète, des maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et même certains types de cancer.

L'obésité est une maladie multifactorielle qui a des conséquences graves sur la santé physique de la personne, mais également des conséquences sur sa santé mentale, domaine dans lequel un véritable cercle vicieux peut s’installer.

Les conséquences de l’obésité sur la santé physique

L'obésité est désormais l'un des problèmes de santé publique mondiaux les plus importants : elle est le cinquième facteur de décès mondial et facteur de risques majeurs dans le développement d'autres pathologies.

En 2004, on estimait que l'augmentation de l'IMC (l’Indice de Masse Corporelle qui permet de caractériser l’obésité en fonction du rapport poids/taille) était à elle seule responsable de 2,8 millions de décès, et jusqu’à 6,0 millions si l’on y combine le facteur d’inactivité physique.

Ce chiffre dépasse la surmortalité liée au tabac et vient donc talonner celle de l'hypertension artérielle, principal facteur de risque de décès dans le monde.

Ainsi, l’obésité est corrélée à de nombreux problèmes de santé :

  • Le diabète type 2 est fortement lié à l'obésité, puisque le risque de développer un diabète évolue en fonction de la corpulence. Dans une étude présentée au Congrès de l'European Cardiology Society en 2020, des chercheurs ont montré que les personnes ayant un IMC le plus élevé (en moyenne 34,5kg/m²) avaient un risque de diabète 11 fois plus élevé que les participants du groupe ayant un IMC le plus bas.
  • L'obésité a un impact particulier sur le système cardiovasculaire, y compris une prévalence accrue de l'insuffisance cardiaque, de l'hypertension et des maladies coronariennes.
  • L'apnée du sommeil, des symptômes d'essoufflement et d'asthme sont tous plus fréquents chez les obèses.
  • La stéato-hépatite non alcoolique (ou maladie du foie gras) est fréquemment associée à l'obésité, notamment car l’influence de la nutrition joue un rôle important dans le développement de cette pathologie.
  • De nombreux cancers sont plus fréquents chez les obèses : cancers du côlon, du sein (après la ménopause), de l'endomètre (la muqueuse de l'utérus), du rein et de l'œsophage. Certaines études ont également rapporté des liens entre l'obésité et les cancers de la vésicule biliaire, des ovaires et du pancréas.

Obésité et conséquences sur la santé mentale

Les conséquences psychosociales et psychiatriques de l'obésité sont également de plus en plus reconnues.

De nombreuses études ont démontré que les troubles mentaux se retrouvaient plus fréquemment chez les personnes obèses que dans la population générale.

Il a en outre été récemment découvert que l’obésité était souvent corrélée à des troubles psychiques et mentaux, dont certains peuvent être à la fois causes et conséquences.

Les personnes obèses sont davantage sujettes à la dépression, cette maladie influençant la façon de manger : on privilégie alors la junk food à une nourriture saine et préparée chez soi, et la fatigue physique et morale induite par la dépression participent à réduire le niveau d’activité. Dans le même temps, la mauvaise image de soi fréquemment associé à l’obésité entraine une stigmatisation sociale facteur de dépression.

Troubles de l’anxiété, troubles bipolaires et cognitifs, du déficit de l’attention et hyperactivité sont également associés à l’obésité.

L'hyperphagie boulimique est un trouble du comportement alimentaire présent chez un nombre significatif de patients obèses ; à la fois cause et conséquence. Elle ne prédispose pas à l’obésité mais elle en favorise l’émergence.

Ces maladies se “nourrissent” entre-elles. Comme l’obésité elles sont souvent multifactorielles, chroniques, mêlant facteurs génétiques et environnementaux, et les personnes qui en souffrent mises à l’écart de la société, entrainant une grande souffrance psychique.

Addiction & obésité : quels liens ?

La présence simultanée d’une dépendance – l’alcool, aux drogues – et de l'obésité n'est pas totalement claire et nécessite encore plus de recherche. D’après certaines études, les stimulants comme la cocaïne et les amphétamines, coexistent peu avec l’obésité, contrairement à d’autres substances comme l'alcool qui sont plus susceptibles d’entrainer une dépendance, voire une addiction chez les personnes obèses.

S’il est difficile de déterminer si l’obésité mène à la toxicomanie, ou vice versa, il existe néanmoins une relation complexe entre les deux, au niveau de la génétique, fonctionnement du cerveau, l’impact sur la qualité de vie, la santé, la stigmatisation sociale, la discrimination, etc.

La prise en charge globale du patient est primordiale

Ainsi, si l’on connait bien les conséquences sur la santé physique de l’obésité, la relation entre troubles mentaux et la maladie sont moins clairs, mais tout aussi présents et il est nécessaire de dépister les troubles psychiatriques chez les personnes obèses.

Voilà pourquoi une prise en charge simultanée de l’obésité et des troubles psychiatriques est indispensable, et participe à améliorer la qualité de vie et les chances de perte de poids.

Au Centre Obésité Surpoids Grenoble, en plus d’une prise en charge nutritionnelle, cardiologique, gastroentérologique et auprès de kinésithérapeutes, tous nos patients sont également suivis par un service de psychologie.