La malbouffe : Loin d'être la seule cause de l'obésité

assiete-smiley-couverts
Phénomène de société
04/12/2019

La montée de l'obésité est un problème de santé mondiale qui touche de plus en plus de monde. Depuis 1975, le nombre d'obèses a triplé sur la planète. À ce jour, en France, une personne sur huit en est atteinte. Si bon nombre d’individus associent l'obésité à un vice plutôt qu'à une maladie, il s'agit pourtant d'une réelle pathologie. D'ailleurs, contrairement à la croyance populaire, l'obésité ne résulte pas uniquement de la malbouffe, loin de là… Alors, quelles peuvent être les autres causes de l'obésité ?

Les facteurs génétiques

L'hérédité est un facteur important en ce qui concerne l'obésité. En effet, 70 % des obèses ont au moins un parent qui est lui-même en surpoids. Ce phénomène a plusieurs causes. Tout d'abord, ce sont les parents qui inculquent les habitudes alimentaires à leurs enfants. S'ils ont des difficultés à contrôler leur alimentation, leur enfant a tendance à reproduire ce même un mécanisme. Cependant, l'obésité transgénérationnelle n'est pas qu'une question de mimétisme. Certaines anomalies génétiques peuvent entraîner une diminution de la dépense énergétique au repos et à l'effort physique. Cela favorise l'absorption des graisses et implique une répartition particulière du tissu adipeux.

Les troubles psychologiques

Dans la plupart des cas, le seul facteur génétique ne suffit pas à expliquer l'obésité. Les troubles psychologiques sont souvent un autre élément déclenchant. L'obésité arrive généralement à la suite d'un traumatisme, dans le cas d'une grande détresse ou d'un stress important. Les patients atteints de cette pathologie ont tendance à compenser un trouble psychologique par la nourriture. Les aliments sont perçus comme des éléments réconfortants pour faire face à un quotidien parfois trop dur à affronter. Voilà pourquoi le traitement de l'obésité passe forcément par la consultation d'un psychologue.

Les désordres alimentaires

Puisque l'obésité est un problème de poids, cette pathologie est forcément induite par les aliments qui sont ingérés par le patient. Le facteur alimentaire est très important. L'obésité résulte d'un excès d'apports caloriques, et d'une consommation d'aliments gras et sucrés trop importante par rapport aux besoins de l'organisme. En d'autres termes, la personne obèse fournit plus de carburant à son corps qu'il n'en consomme. Différents troubles du comportement peuvent être à l'origine de l'obésité. Il peut s'agir de compulsions alimentaires pour certains aliments bien particuliers, d'une quantité trop importante absorbée au cours des trois repas principaux de la journée, d'un grignotage continu ou d'une boulimie. Ces différentes pathologies entraînent toute d'importantes prises de poids.

La sédentarité

La sédentarité, elle aussi, est devenu un problème de santé publique mondiale. En France, seul un tiers des adolescents de 11 à 17 ans pratiquent 1 heure d'activité physique par jour, comme le recommande l’OMS. Plus tard, 90 % des étudiants entrant à la faculté, et qui faisaient du sport auparavant, n'en font plus. Cette sédentarité se poursuit alors à l’âge adulte. L'absence d'activité physique quotidienne, et le temps passé assis face à un écran, ne cessent de réduire nos dépenses énergétiques. Ces dernières deviennent insuffisantes pour éliminer les ingrédients que nous ingérons. Le manque d'activités physiques et sportives est l'une des principales causes de l'obésité mondiale.

Les troubles de la prise alimentaire

Si l'obésité est associée à un vice, alors que ça n'en est pas un, c'est aussi par ce que de nombreuses personnes pensent qu'elle résulte d'un manque de volonté… Quelle personne obèse n'a jamais entendu des conseils du type « mange moins », « arrête de grignoter » … ? Pourtant, le cerveau peut parfois être biaisé, ce qui engendre des troubles de la prise alimentaire. Dans certains cas, des molécules chargées d'envoyer des messages dans le cerveau affichent des dysfonctionnements. Les neuromédiateurs servent à stimuler ou à inhiber la régulation de la prise alimentaire. Lorsqu'ils sont défaillants, ils ne communiquent plus le bon message au cerveau, qui ordonne à la personne de se nourrir alors qu'elle n'en a pas besoin.

Le manque de sommeil

Enfin, sachez que le sommeil a aussi une importance capitale sur l'obésité. En France, la durée moyenne de sommeil par nuit est de 7 heures et 13 minutes. Alors que la durée de sommeil recommandé pour un adolescent est de 8h30 à 9h15, la moitié d'entre eux dorment moins de 8h. Chez les adultes, un tiers des Français dorment également moins de 6 heures par nuit, ce qui est largement inférieur aux recommandations.

Or, des études ont montré qu'il y avait un lien avéré entre la durée de sommeil et l'indice de masse corporelle. Lorsque la durée moyenne de sommeil est inférieure à 5 heures par nuit, le risque d'obésité est augmenté de 60 %. A contrario, 1 heure de sommeil en plus réduit de 9 % le risque d'obésité.

Mais alors, quel est le lien entre vos heures de sommeil et le poids affiché sur votre balance ? Lorsque l'organisme est fatigué, il produit moins de leptine, l'hormone de satiété, et plus de ghréline, l'hormone qui stimule appétit au niveau gastrique… Tout s'explique !

Cette pluralité des causes de l'obésité requiert un accompagnement pluridisciplinaire pour pouvoir la traiter. De nombreux examens doivent être effectués sur les patients pour trouver les causes de leur surpoids.

Par ailleurs, une meilleure connaissance des raisons de l'obésité permet de combattre les idées reçues quant à cette maladie. Il s'agit bien d'une pathologie qui nécessite un suivi médical et qui ne se traite nullement à coups de discours moralisateurs et culpabilisants.