Obésité : Quelle prise en charge par la Sécurité Sociale ?

Obésité : Quelle prise en charge
Formalité de l’obésité
05/02/2020

L'obésité est une maladie chronique et évolutive, pouvant engendrer de nombreuses autres pathologies. Par ailleurs, en France comme dans de nombreuses autres parties du globe, l'obésité ne cesse de gagner du terrain. Sur l'Hexagone, 17 % de la population adulte est obèse, ce qui représente 8 millions de personnes (Source : Ministère des Solidarités et de la Santé). Pour soigner les personnes obèses et pour prévenir ce problème grandissant, la Sécurité Sociale a mis en place une feuille de route « prise en charge de l'obésité ». Alors, entre prévention et indemnisation, quels sont les frais de l'obésité pris en charge par notre système de protection sociale ? On fait le point !

Obésité : 1 maladie mais 3 façons de la traiter

Pour lutter contre l'obésité, il existe trois familles principales d'actes médicaux et de traitements : les médicaments, les cures thermales et la chirurgie bariatrique. Certains de ces pôles médicaux peuvent être pris en charge par la Sécurité Sociale et les mutuelles complémentaires.

Les médicaments contre l'obésité

Pour lutter contre l'obésité, il existe certains traitements médicamenteux d’appoint. Cependant, leur efficacité est assez controversée et ces traitements sont également décriés pour leurs nombreux effets secondaires, notamment digestifs. Certains praticiens recommandent également l'usage de l'homéopathie pour réduire l'appétit et renforcer le sentiment de satiété. Là encore, l'efficacité de ces soins est très discutée dans le milieu médical. Voilà pourquoi, les médicaments contre l'obésité ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale, un constat qui ne devrait pas aller en s'arrangeant au regard du probable déremboursement de l'homéopathie.

Les cures thermales

Dans le traitement de l'obésité, les cures thermales sont très souvent préconisées. Elles favorisent la mise en route du processus d'amaigrissement, tout en soulageant différents maux comme l'arthrose, e les rhumatismes ou les maux de dos, aggravés par le surpoids. Agréée par la Sécurité Sociale, la cure thermale peut être remboursée, à condition de suivre une certaine démarche. Le patient doit consulter son médecin traitant, qui doit alors remplir un formulaire de demande de prise en charge administrative pour cure thermale. Après acceptation de la caisse de Sécurité Sociale, et pour toute cure de 18 jours minimum, le séjour en cure est remboursé au patient. Dans certains cas, les établissements pratiquent même le tiers payant et l'assuré ne doit donc avancer aucun frais.

La chirurgie bariatrique

Enfin, dans les cas d'obésité les plus sévères (IMC supérieur à 40 / ou supérieur à 35 mais accompagné d'importants problèmes de santé), une chirurgie bariatrique s'impose. Pour que l'opération soit prise en charge par la Sécurité Sociale, la chirurgie doit être réalisée dans un centre conventionné par l'assurance-maladie. Le processus pour le remboursement n’est pas le même que pour la cure thermale : l'opération doit faire suite à une demande de la part du chirurgien auprès de la sécurité sociale, après la RCP et avec les documents justifiant du suivi. Dans le cas d'une acceptation de prise en charge, le remboursement concerne la chirurgie ainsi que le suivi du patient (accompagnement diététique et psychologique) et toutes les consultations liées à l'opération.

Notons tout de même que les médecins pratiquent très souvent des dépassements d'honoraires. Ces derniers peuvent, tout ou en partie, être pris en charge par votre mutuelle. Les plafonds d'indemnisation sont à étudier au cas par cas, en fonction de votre contrat.

Les dernières mesures prises par la Sécurité Sociale contre l'obésité

Dans la feuille de route « prise en charge de l'obésité » 2019 de la Sécurité Sociale, certaines nouvelles mesures ont été mises en place. Les objectifs de la réforme sont multiples :

  • Améliorer la prise en charge des patients souffrant d'obésité, par la mise en place d'un parcours de soins gradué et mieux structuré.
  • Développer la formation et l'information auprès des jeunes.
  • Soutenir l'innovation médicale.
  • Renforcer la régulation de la chirurgie de l'obésité et la rendre plus pertinente.

Concrètement, les mesures prévues par la Sécurité Sociale sont les suivantes :

  • Détecter les personnes obèses ou à risque d'obésité plus précocement (saisie régulière du poids et de la taille de chaque patient dans son Dossier Médical Partagé, et dès le plus jeune âge).
  • Personnaliser le parcours de soins de chaque patient et orienter la personne en surpoids vers des équipes adaptées.
  • Améliorer l'information des personnes obèses sur tout le territoire.
  • Renforcer les critères de qualité de la chirurgie de l'obésité (améliorer l'information du patient en amont de la chirurgie, renforcer le suivi postopératoire, rendre publique les indicateurs de qualité et les résultats des traitements bariatriques).
  • Renforcer la présence et l'importance des centres spécialisés de l'obésité (CSO) sur le territoire français (diffusion des bonnes pratiques, coordination entre les différents établissements médicosociaux…).
  • Soutenir la filière obésité à l'outremer (collaboration entre les CSO de l'Hexagone et ceux présents dans les DOM-TOM).
  • Déployer, d'ici 2022, des expérimentations innovantes sur les enfants et les adolescents à risque d'obésité ou atteints d'obésité sévère (Mission « Retrouve ton cap » ou « OBEPEDIA »).

Malgré les nombreux efforts de la Sécurité Sociale pour prévenir et soigner l'obésité, les traitements de cette maladie sont encore très coûteux, et le reste à charge est généralement important pour le patient. Par conséquent, en vue d'une opération de chirurgie bariatrique, mieux vaut vous doter d'une bonne mutuelle intégrant d'importants taux de dépassements d'honoraires et couvrants aussi des dépassements sur les frais d'hospitalisation.