Obésité et Grossesse : Quels sont les risques ? Quelles précautions prendre ?

grossesse-femme-enceinte-obese
Gynécologie de l’obèse
20/04/2020

Lorsque l'on souffre d'obésité, tout semble plus compliqué ! Or, la grossesse n'échappe pas à cette règle… Le surpoids et la conception d'un enfant ne font souvent pas bon ménage. Entre les difficultés à tomber enceinte, le suivi particulier que requiert une grossesse chez une femme obèse, et les risques pour le bébé, cette étape heureuse de la vie peut parfois prendre des allures de parcours du combattant ! Voici donc un rapide bilan pour vous aider à y voir plus clair sur vos kilos en trop et votre envie d'avoir un bébé.

Les difficultés liées à la conception

Avant même de parler de la grossesse à proprement parler, les difficultés commencent lors de la conception de l'enfant. En effet, l'obésité a des conséquences directes sur la fertilité. L'absence d'ovulation est trois fois plus fréquente chez les femmes en surpoids, un phénomène qui s'explique en partie par un syndrome des ovaires polykystiques plus fréquent chez les femmes obèses.

Parfois, le simple fait de perdre 5 % de son poids suffit à restaurer une ovulation régulière. Néanmoins, lorsque la surcharge pondérale est trop importante, il peut être nécessaire d'avoir recours à la procréation médicalement assistée. Or, même pour cette procédure, le poids à son importance… Le tour de taille a une influence sur l'efficacité des stimulations ovariennes et des fécondations in vitro.

Les risques pour la maman

Lorsque la patiente obèse parvient à tomber enceinte, sachez que la grossesse doit être particulièrement encadrée. Il s'agit d'une grossesse considérée « à risque ». Plus concrètement, une femme obèse à trois fois plus de risques de complications sévères pendant sa grossesse qu'une femme d’IMC normal. Comme en témoigne une enquête EPIFANE de 2012, les complications peuvent être multiples :

  • Le risque de diabète gestationnel est multiplié par 5.
  • Celui de l'hypertension est multiplié par 8.
  • 20 % des prééclampsies sont associées à l'obésité.
  • L’éventualité d'une césarienne est multipliée par 1,8.
  • Les thromboses et les phlébites sont plus fréquentes chez les femmes enceintes obèses, car la circulation sanguine est ralentie par les graisses présentes dans l'organisme.

Notons également que les risques se poursuivent encore, même après la grossesse. En effet, une jeune maman obèse a beaucoup plus de chances d'être confrontée à des maladies cardio-vasculaires, au diabète ou à des pathologies neuro-dégénératives à la suite d'une grossesse.

Les risques pour l'enfant

Le bébé, lui non plus, n'est pas épargné… Le surpoids de la femme enceinte peut entraîner toutes sortes de complications, dont certaines ont un impact direct sur le fœtus. L'obésité peut engendrer :

  • Une macrosomie fœtale, c'està-dire un bébé pesant plus de 4 kg à la naissance, ce qui complique fortement l'accouchement.
  • Un risque plus important de mort in utero.
  • Une éventuelle prématurité multipliée par 2 ou 3, notamment lorsque le placenta fonctionne mal et qu'il n'apporte pas suffisamment d'oxygène au fœtus pour permettre son bon développement.
  • Un risque plus important pour le bébé de développer des malformations congénitales, notamment au niveau des organes génitaux, du système digestif et du système nerveux.
  • Un surdéveloppement anormal de la graisse chez le fœtus pouvant entraîner, plus tard, le surpoids ou l'obésité de l'enfant.

Quelle est la bonne attitude adopter ?

Pas de régime mais une alimentation saine

S'il n'est pas recommandé d'entamer un régime pendant la grossesse, il n'est pas exclu d'adopter une bonne hygiène de vie… Il est donc préférable, pour une future maman en surpoids, d'être suivi par un nutritionniste. En moyenne, une femme enceinte doit consommer 1 500 calories par jour pour permettre le bon développement de son bébé. De même, certains aliments sont à proscrire, tandis que d'autres sont à privilégier. Par exemple, limitez les fritures, les sucres rapides, les jus de fruits et les sodas, le pain blanc ou la caféine. A contrario, privilégiez les fruits et les légumes, une protéine animale ou végétale à chaque repas, ainsi que les laitages pour compenser la perte de calcium liée à la grossesse.

Enfin, pour ne pas souffrir d'hypoglycémie, et pour réduire le risque de résistance à l'insuline, il est important de faire trois repas par jour, et de s'autoriser deux collations (à 10:00 et à 16:00).

Conserver une activité physique

Pour maintenir votre poids, sachez que l'activité physique quotidienne reste votre meilleure alliée, même pendant la grossesse. Bien évidemment, si vous n'êtes pas une grande sportive, ça n'est pas pendant votre grossesse qu'il faudra vous mettre au sport intensif ! D'ailleurs, même pour les sportives, la pratique d'une activité physique doit être adaptée lors de la grossesse. Certains sports, comme la marche, la natation ou le yoga sont particulièrement bénéfiques. Ils permettent de stabiliser la prise de poids tout en renforçant les capacités musculaires et respiratoires de l'organisme, ce qui peut être un précieux avantage au moment de l'accouchement.

Enfin, s'il est coutume de dire que la femme enceinte doit prendre entre 9 et 12 kg au cours de sa grossesse, sachez que cette prise de poids est aléatoire d'une femme à une autre. Une future maman a l’IMC très faible aura tendance à prendre plus de poids que cette fourchette indicative. En revanche, une femme en surpoids pourra totalement prendre moins de kilos qu'indiqué précédemment, sans pour autant nuire au développement de son bébé, qui pourra piocher dans les réserves de graisse déjà accumulées dans son organisme. Pour en savoir davantage, n'hésitez pas à vous rapprocher du personnel médical compétent.